conferences blanc

voyages noir

atelier blanc

a voir noir

lycees noir

coeur blanc

12H15 noir

LES NOUVEAUTÉS....

NOTEZ LE : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE le LUNDI 16 DÉCEMBRE à 18h

au centre de congrès LE MANÈGE

 

Cycle 1 : L'ÂME DU NORD, richesse et singularité de la peinture scandinave

LUNDI 18 NOVEMBRE à 19h30 à la salle Jean Renoir, 30 rue Nicolas Parent 

PAYSAGES D'HIVER : le froid est une couleur par Guénola STORK, historienne de l'art

 Le paysage d’hiver est issu d’une longue tradition dans l’histoire de la peinture occidentale. Il a notamment trouvé ses lettres de noblesse dans la Hollande du XVIe siècle. En Scandinavie, l’hiver est une saison centrale, magnifique et incontournable. Il est souvent long, très froid, et de fait, constitutif de ces sociétés. Les peintres du Nord sont très nombreux à lui rendre hommage, surtout à la fin du XIXe siècle. Ce qui frappe en premier lieu est la diversité et la très grande richesse du traitement de ce thème. Tant les artistes finlandais tels que A. Gallen Kallela, suédois avec B. Lilljefors ou norvégiens comme F. Thaulow l’exploitent abondamment. Ainsi, les paysages d’hiver constituent-ils le reflet des différents styles picturaux de cette époque, autant par l’expression de leur originalité que par leur assimilation des nouvelles tendances de la peinture européenne.

 

* * *

 

andre jacquesPour sa saison 2019-2020, notre association met le cap sur le Nord... et l’Italie !

Après une soirée d’ouverture confiée au talentueux et brillant Thomas Schlesser sur un sujet qui nous touche tous, la censure, nous vous convions, pour une douce entrée dans l’hiver, à la découverte de l’Âme du Nord, incarnée dans les œuvres des artistes du Danemark, de la Suède, de la Norvège... Et bien sûr, dans la foulée, Daniel Soulié nous fera apprécier les beautés nombreuses de Copenhague lors d’une journée de l’art et lors d’un voyage.

La sculpture, de l’époque romane à nos jours, et son oscillation au fil des siècles entre réalisme figuratif et vision d’une humanité transcendée, nous livrera ses métamorphoses au long de 6 conférences, où vous retrouverez les conférenciers que vous appréciez. Petit clin d’œil à la sculpture : la présence dans ces pages de la Lorelei de Livio Benedetti marque le soutien de notre association à l’acquisition de cette sculpture destinée à la place Saint-Léger de Chambéry.

Nous aborderons ensuite, lors de la journée l’Art rencontre, la façon dont plasticiens et cinéastes se sont emparés, avec leurs interrogations respectives, des questions écologiques. Le week-end des Amis poursuivra son étude approfondie de la romanité provençale et l’Escapade à Paris contribuera, avec la richesse qui est la sienne, à une compréhension toujours meilleure de notre capitale.

Nous aurons la chance, pour l’activité Mémoire de l’art, de bénéficier des cours d’une grande dame, qui a une connaissance intime des arts de l’Afrique : Hélène Joubert, conservatrice générale au Musée du quai Branly et enseignante à l’Ecole du Louvre, nous livrera sa réflexion fine au long de 6 cours qui promettent d’être passionnants.

Et puis Gênes la superbe nous attirera dans ses filets ! Palais et musées d’un côté, vie portuaire de l’autre, dévoileront pour nous leurs secrets…

Un programme qui saura vous séduire, nous l’espérons !

Anne BUTTIN
Présidente des Amis des Musées de Chambéry

paolo caliariUn mot de Marie-Anne GUÉRIN, Conservateur du patrimoine, Directrice du Musée Savoisien

Musée Savoisien, les travaux, en avant toute ! Après une phase de désamiantage et de curage réalisée à la fin de l’année 2018, le Musée Savoisien fait l’objet d’importants travaux d’accessibilité et de mise aux normes. Légalement, toute modification sur un monument historique doit être documentée, ce qui a conduit le Service Régional de l’Archéologie (SRA) de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes à prescrire une première campagne de fouilles. Effectuées à l’automne et l’hiver 2018-2019, elles ont concerné plusieurs murs disséminés dans le bâtiment et le sol de l’ancienne salle capitulaire, des anciennes cuisines de l’archevêché ainsi que celui d’une courette accueillant un ascenseur.

Trois caveaux et de nombreuses sépultures d’hommes, de femmes et d’enfants ont révélé ce qui s’apparente à un cimetière paroissial dans l’ancienne salle capitulaire. La découverte du niveau de sol du XIII e siècle dans cet espace a relancé l’intérêt des dégagements réalisés dans l’ancien réfectoire par l’INRAP lors du diagnostic patrimonial.

En parallèle du suivi des travaux et des fouilles, l’équipe du Musée Savoisien poursuit la préparation du parcours permanent : écriture des textes, restaurations, acquisitions, réalisation des multimédias et des films documentaires, suivi des recherches commandées sur les pratiques alimentaires. L’ensemble des agents du musée poursuit en outre le chantier des collections avec le traitement des collections numismatiques et des estampes. Après une fine préparation, le chantier des collections textiles pourra commencer.

La rénovation a pris une tournure concrète : suivez-la sur le site Internet du musée ou sur Facebook !

Un mot de Caroline BONGARD, Conservateur du patrimoine, Directrice des Musées de la Ville de Chambéry

Le musée des Beaux-Arts présente cet hiver une exposition exceptionnelle organisée en partenariat avec les Musées royaux de Turin. Montrée d’abord au Palazzo Chiablese, l’exposition chambérienne se penche sur la vie de Riccardo Gualino (1879-1964), industriel, collectionneur et mécène de grande envergure. Considérée comme l’une des plus significatives de l’Italie du début du XXe siècle, sa collection est constituée d’œuvres d’art allant de l’Antiquité au XXe siècle provenant d’Europe (Riccio, Sansovino, Signorelli, Bronzino, Véronèse, Tintoretto, Rubens, Van Dyck, Ruisdael, Guardi, Fattori, Casorati), d’Asie et du Moyen-Orient, acquises avec la complicité de l’historien d’art Lionello Venturi. Gualino est également sensible à l’art de son temps qu’il soutient activement. Il inaugure le « Teatro di Torino » en 1925 et dirige Lux Films dès 1935, après avoir été condamné à l’exil par le régime mussolinien.

L’exposition Riccardo Gualino, le Magnifique (20 novembre 2019 - 22 mars 2020), est un événement qui révèle le destin unique d’un homme délicat, passionné par la puissance de l’innovation, dont la collection est aujourd’hui répartie entre les grands musées turinois, la Banca d’Italia et les propriétaires privés. L’exposition offre l’occasion unique de réunir de nombreux chefs-d’œuvre et de rendre hommage à un personnage hors du commun.

Inspiré du baron Garriod, dans la plus grande tradition des collectionneurs et mécènes des siècles passés, le club des mécènes des musées de la Ville de Chambéry - « Les Amis d’Hector » - a vu le jour le 15 février 2019 dans le but de soutenir les musées municipaux. Grâce à la contribution de nombreux donateurs, la restauration des deux œuvres majeures de Mattia Preti et l’exposition portant sur Riccardo Gualino ont pu être réalisées, pour le plus grand public, la valorisation des musées de Chambéry et l’amour de l’art.