conferences blanc

voyages noir

atelier blanc

a voir noir

lycees noir

coeur blanc

12H15 noir

PROCHAINEMENT

Lundi 25 octobre à 19h30 au centre de congrès Le Manège

Cycle 1 ; Dessine moi le temps

Le temps qui passe par Eric MATHIEU, historien d'art, guide-conférencier national

Le sablier s’écoule inéluctablement pour l’artiste comme pour le commun des mortels, le temps passe et trasnforme le regard, le discours, le rapport au monde du visible comme de l’ invisible. Comment représenter les subtilités de l’âge, de chaque âge ? Comment peindre l’ innocence, la sagesse, l’arrogance ou la fragilité ? Les premiers pas ou les derniers instants ? La réussite ou la nostalgie ? Nous questionnerons Rembrandt, Greuze, Freud, Opalka, Klimt et quelques autres d’un autre temps

Entrée réservée au adhérents inscrits à ce cycle sur présentation de leur carte.  Pass sanitaire obligatoire. Contrôle à l'entrée.

NOS NOUVEAUX VOYAGES

(RE) DÉCOUVERTE DE VERSAILLES du vendredi 28 au 30 janvier 2022 avec Fabrice CONAN : programme et bulletin d'inscription en suivant ce lien. Inscription ouverte

ESCAPADE Á PARIS leS 23 et 24 mars 2022 : programme et bulletin d'inscription en suivant ce lien. Inscription ouverte.

GRANDS MUSÉES DU NORD (Lille, Dunkerque, Roubaix, Tourcoing, Villeneuve d'Ascq) du 3 au 6 mai 2022 (4 jours , 3 nuits) : programme et bulletin d'inscription en suivant ce lien.

CHICAGO du 16 au 23 mai 2022 ou du 23 au 30 mai 2022 (8 jours, 6 nuits). Inscriptions à partir du 19 octobre : programme et bulletin d'inscription en suivant ce lien.

AVANTAGE POUR NOS ADHÉRENTS

Le cinéma PATHÉ-GAUMONT de Chambéry (les Halles) nous fait la gentillesse d'accorder le tarif réduit à nos adhérents sur les retransmissions de spectacles de théatre de la Comédie Française (10 €), de ballets du Théatre Bochoï ( 18 €) et d'opéras du MET (Metroplitan Opera de New-York) (20 €).

Avantage réservé aux adhérents à jour de leur cotisation 2021-2022 sur présentation de leur carte personnelle.

Programmes disponibles sur le site internet du cinéma pathé. Réservation en ligne possible.

L'éditorial de la Présidente

L'éditorial de la Présidente

« Artiste, c’est un métier ? » pouvait-on lire sur les affiches de la Ville de Bordeaux en avril 2021. Cette communi¬cation maladroite qui voulait susciter le débat et a soulevé des tollés posait aussi les bonnes questions comme : « La culture, ça coûte trop cher ? ». Dès avant cette polémique liée à une lecture au premier degré, nous avions demandé à Thomas Schlesser, directeur de la Fondation Hartung-Bergman à Antibes, d’explorer pour notre soirée d’ouverture le 4 octobre la question : « A quoi servent les artistes ? ». Nous collons une fois de plus aux interrogations de notre temps dans notre programmation.

« Comment va-t-on se retrouver en octobre 2021 ? » s’est interrogé le bureau de votre association en avril. Dans l’agréable salle du Manège ? Devant nos ordinateurs ? Face à l’avancée spectaculaire du virtuel en cette pandémie -qui nous a certes per¬mis de vous offrir des visio-conférences lorsqu’il était interdit de se retrouver en salle- il nous a paru essentiel de lutter contre cette standardisation rampante sous la forme d’une mise en ligne de tout ce qui peut l’être. Si nous avons été parqués devant nos écrans pour nos réunions de travail, nos rencontres avec notre famille et nos visites d’expositions, avons-nous le désir dans le futur de réduire le monde aux dimensions de l’écran ? Non, ont répondu les membres du bureau, attentifs à privilégier l’amitié qui circule entre les adhérents lors de nos manifestations. Nous privi¬légierons dès lors tant que nous le pourrons les manifestations en salle qui permettent les joies de la rencontre.

Notre rôle d’Amis des musées est de favoriser les relations entre les humains et les œuvres d’art. Souhaitons que nous puissions au plus vite retrouver le chemin de nos chers musées et des expositions préparées pour nous par des conservateurs enthousiastes. Les conférenciers, qui ont souffert professionnellement, comme tout le monde de la culture, de la fermeture des lieux de spectacles, ont été heureux de préparer pour nous les conférences des trois cycles suivants : Dessine-moi le temps, ou comment cette thématique a été explorée par les artistes de toutes les époques.

Puis Hommes et femmes de la Renaissance, les inventeurs du monde moderne, et enfin Le Design, un tourbillon d’esprit nouveau, assuré par une conser-vatrice du musée des arts décoratifs de Paris. Pour Mémoire de l’art, les conférences du cycle Sur les Routes de la foi, que nous avons choisi de ne pas faire en visio-conférence en février-mars 2021, seront assurées en janvier 2022 car nous avons dû intercaler ce cycle avant celui du Design.

Les voyages proposés par notre association vous entraîneront dans des destinations prévues en 2021 ou tout à fait nouvelles. Cela a demandé beaucoup d’adaptation, comme vous pouvez vous en douter.

Un grand merci aux bénévoles qui n’ont pas perdu le feu sacré et ont poursuivi leur engagement pour le plaisir de tous !

Anne BUTTIN
Présidente des Amis des Musées de Chambéry

 

Un mot de Marie-Anne GUÉRIN, Conservateur du patrimoine, Directrice du Musée Savoisien

Musée Savoisien, toujours en travaux !

Avec ses 4000 m2 et plusieurs siècles d’histoire, le Musée Savoisien ne cesse de révéler des structures fragiles qu’il faut entièrement reprendre en sous-œuvre (dalles, murs). En effet, ce monument dont les origines remontent au XIIIe siècle a été maintes et maintes fois remanié, transformé. Sa mise aux normes et son accessibilité, avec notamment l’implantation d’un ascenseur à l’intérieur du bâtiment, demandent gros œuvre et patience. Alors que l’aile ouest et la reprise de ses niveaux de dalles est en voie d’achèvement, l’aile nord où se situent les salons de l’archevêque va faire l’objet de toutes les attentions.

L’équipe du Musée Savoisien continue la préparation du parcours permanent. Au cours de l’année 2020, elle a finalisé la réalisation de maquettes architecturales avec l’entreprise Tact et la production de dix-huit films documentaires avec l’entreprise Gédéon. En 2021, les films d’animation avec La Casquette, les films d’entretiens avec Nuance production et les jeux numériques avec Mazedia devraient être achevés à la fin de l’année. L’année 2021 doit également être dédiée à la relecture et la traduction des textes. La finalisation du parcours permanent nécessite également de procéder à la restauration de certaines œuvres ou objets : la restauration de la série de trente-six portraits de la maison de Savoie en a ainsi révélé... trente-sept ! Celle du portrait en pied du roi Charles-Félix par Pierre-Emmanuel Moreau a notamment permis de déplier une partie de la toile pour lui rendre son format d’origine, plus majestueux ; la Vierge de pitié de Saint-Offenge a retrouvé une grande partie de l’éclat de sa riche polychromie médiévale. L’année 2020 a été, en outre, celle de quelques acquisitions complé¬mentaires dont la robe de baptême de la famille Maistre du début du XIXe siècle, une soixantaine de panoramas de Pierre Novat, quelques pièces d’argenterie turinoise du XVIIIe siècle. Les demandes de dépôts d’objets ou d’œuvres nécessaires au parcours permanent doivent aussi être formalisées. Les partenariats pédagogiques avec l’Institut national des jeunes sourds de Cognin et avec le lycée du Nivolet se poursuivent, avec une nouvelle génération d’élèves. Les jeunes ont été accueillis dans les réserves pour découvrir objets et métiers du musée. Ces partenariats pédagogiques se traduisent par la production d’éléments de médiation pour le parcours permanent : cartels en langue des signes et objets en bois à manipuler.

Le chantier des collections (opération d’informatisation, de dépoussiérage et de conditionnement des 100 000 objets de collections) se poursuit. En 2020, une grande partie des monnaies et des estampes a été traitée ainsi que les sceaux. Après avoir permis de traiter les robes et les poupées en 2020, le chantier des collections textiles se poursuit en 2021 (châles, tabliers, coiffes, ceintures etc.). L’équipe du chantier des collections travaille également sur la diffusion en ligne de l’ensemble des collections.

En 2021, plusieurs recherches verront leurs résultats publiés dans la revue numérique du Musée : celles conduites sur le francoprovençal, les groupes folkloriques, l’alimentation, au côté des articles issus des Journées européennes de l’archéologie organisées en 2020. Ces dernières, une fois n’est pas coutume, se sont traduites « virtuellement » par la proposition de podcasts et photographies publiés sur le site du musée.
L’équipe du Musée Savoisien travaille à la refonte de sa communication. Un nouvel outil, le Portail numérique des patrimoines de Savoie a été mis en ligne en juillet 2020. Il s’est accompagné d’un site dédié à la rénovation du musée. Pour sa réouverture, le musée bénéficiera d’une nouvelle identité graphique ainsi que d’un nouveau site Internet.

Enfin, le Musée commence d’ores et déjà à travailler sur sa première exposition temporaire de réouverture attendue pour l’automne 2022.

Un mot de Caroline BONGARD, Directeur-conservateur des musées de la ville de Chambéry

Les musées ont été durement frappés par les effets de la pandémie, successivement en 2020 et 2021. La fermeture au public, la remise en cause de leurs activités, l’absence de toute perspective de développement coupent les musées d’eux-mêmes en opérant une rupture entre la mémoire dont ils sont dépositaires et leur projection permanente dans le futur à travers la conservation, l’étude, la transmission et la création.

Durant ces longs mois de fermeture au public, les musées de Chambéry ont poursuivi consciencieusement leurs missions fon¬damentales. Grâce à la solidarité entre musées et collectionneurs, le musée des Beaux-Arts a pu proroger exceptionnellement l’exposition « Spirites – La peinture guidée par les esprits », produite avec le LaM. Aux Charmettes, la saison estivale a été sauvée par la levée des restrictions et surtout renforcée par le partenariat éclairé de Malraux scène nationale.

Le musée des Beaux-Arts a procédé à l’achat d’œuvres importantes pour la collection, comme Jean-Jacques Rousseau endormi dans la grotte des Etroits de Jean-Baptiste Chatigny (1877) et Le Petit mangeur de spaghetti de Giacomo Francesco Cipper dit Il Todeschini (vers 1700). Ces deux œuvres rencontrent l’identité du patrimoine chambérien à travers la figure de Rousseau, dans toute sa poésie et son originalité solitaire, et la peinture produite en Lombardie au début du XVIIIe siècle, confrontée ici à l’art de cour pratiquée à Turin, et annonciatrice de la décadence d’un siècle.

2021 fut une année muselée mais aussi une année de tous les espoirs tournés vers les projets majeurs d’une nouvelle décennie : la refonte du parcours permanent au musée des Beaux-Arts ; l’affirmation des Charmettes comme un lieu incontournable de mémoire et de pensée créative ; la poursuite des amitiés transfrontalières. Le calendrier des différents chantiers et événements des prochains mois sera communiqué via le site internet des musées.

Krzysztof Pomian, historien et philosophe, auteur du Musée, une histoire mondiale (tomes 1 et 2, Gallimard, 2020-2021), s’inquiète à juste titre de l’avenir des musées. Pourtant, il rappelle que la plupart d’entre eux ont vu le jour récemment et sont devenus essentiels aux sociétés libres assoiffées de démocratisation. À nous, professionnels et visiteurs, d’en renouveler le concept.

Screen, 1998, Andy Goldsworthy

Le Petit mangeur de spaghetti, (vers 1700), Huile sur toile,
Giacomo Francesco Cipper dit Il Todeschini (Feldkirk, 1664-Milan, 1736),
©Galerie Descours